Tahiti Pro Teahupo’o : Le Réunionnais Jeremy Flores défait le Tahitien Kauli Vaast

Tahiti Pro Teahupo’o : Le Réunionnais Jeremy Flores défait le Tahitien Kauli Vaast

Rédigé le 28/08/2019
J.-T

Jeremy Flores et Kauli Vaast face à face lors du round 4 ©Fédération française de Surf

Dans la bataille ultramarine qui s’est jouée ce mardi 27 août lors de la Tahiti Pro Teahupo’o, le Réunionnais Jeremy Flores a battu le jeune prodige de Tahiti, Kauli Vaast, 17 ans. En parallèle, la Polynésie était en opération séduction pour l’organisation des épreuves de surf des JO de Paris. 

Alors qu’il avait sorti l’actuel numéro 1 mondial lors du « Round of 32 » (ou round 3), Kauli Vaast, vainqueur des Trials, s’est incliné face au Réunionnais Jeremy Flores (numéro 16 mondial) lors du « Round of 16 » (ou round 4), dernier passage avant les quarts de final de la Tahiti Pro Teahupo’o.

À seulement 17 ans, le jeune surfeur, originaire de la commune de Vairao, a réalisé un parcours impressionnant, des Trials au « main event », sortant le numéro 1 mondial Kolohe Andino (États-Unis) grâce à une vague notée 7.83, prise à quelques minutes de la fin de sa série. Malheureusement pour l’espoir du surf tahitien, Jeremy Flores, vainqueur à Teahupo’o en 2015, inscrit un 9.93 sur 10 lors de leur duel. Un score que Kauli Vaast aura du mal à rattraper, s’inclinant sur une note finale de 13.66 contre 15.76 pour le Réunionnais.

Autre déception pour Tahiti, le numéro 11 mondial Michel Bourez s’est également incliné, de très peu, face à l’Australien Owen Wright (numéro 12) sur une note de 18.10 contre 18.50. Une nouvelle fois, le Tahitien, qui concoure cette année pour le drapeau tricolore en vue des JO de Tokyo, n’atteindra pas les quarts de final à domicile. À noter que le 11 fois numéro 1 mondial, l’Américain Kelly Slater, a été défait dès le « round 3 », face à l’Australien Jack Freestone (numéro 25), alors que le Brésilien Gabriel Medina, deux fois vainqueur à Teahupo’o, a inscrit les meilleurs scores de la journée.

Pour la prochaine journée de compétition, rendez-vous ce mercredi 28 au matin (heure locale). Jeremy Flores, dernier ultramarin de la compétition, sera opposé au redoutable numéro 7 mondial Gabriel Medina, qui entend bien remporter sa troisième victoire au bout du bout du monde.

Les championnats du monde de surf à Tahiti ? 

Pendant que les surfeurs domptaient la belle Teahupo’o, les membres du Comité organisateur des JO de Paris, le président de la Fédération française de Surf et le président de l’International Surfing Association (ISA) étaient présents à Tahiti dans le cadre de la candidature de la Collectivité pour l’organisation des épreuves de surf aux JO de Paris 2024. Et « au-delà des jeux olympiques, pourquoi pas organiser des Championnats du monde de surf peut-être dans les deux ans qui viendraient », a glissé Lionel Teihotu, président de la Fédération tahitienne de Surf.

Contrairement au World Championship Tour (WCT), dont la Tahiti Pro est la 7ème étape, les Championnats du Monde ISA sont l’occasion pour les surfeurs de défendre les couleurs de leurs pays respectifs. Concernant l’organisation des JO à Tahiti, « Teahupoo a époustouflé le COJO », titre l’Équipe, renforçant un peu plus la candidature de la Collectivité, qui souhaite présenter la mythique vague mais aussi celle de Taharu’u à Papara, qui semble moins séduire le COJO. « Il serait évident pour eux que si la candidature de Tahiti devait l’emporter, l’intérêt est que tout se passe à Teahup’o », rapporte encore l’Équipe. Autre point positif, les JO sont organisés en été, soit l’hiver austral en Polynésie, durant lequel les conditions sont réunies à Teahupo’o pour offrir un beau spectacle.

Selon Radio 1 Tahiti, les JO pourraient ramener en Polynésie plus de 5 000 visiteurs entre équipes sportives, médias et spectateurs. Si la candidature de la Polynésie est retenue, se posera alors toutes les problématiques logistiques telles que le logement, le transport ou encore, la diffusion des épreuves avec la prise en compte du décalage horaire.