Surf : Teahupo’o, la vague mythique de Tahiti, en forme olympique !

Surf : Teahupo’o, la vague mythique de Tahiti, en forme olympique !

Rédigé le 18/08/2019
J.-T

Avec des murs d’eau pouvant atteindre les 7 mètres, la vague de Teahupo’o a assuré le spectacle ce samedi à Tahiti ©Facebook / HTJ Designs

La vague mythique de l’île de Tahiti, candidate pour accueillir l’épreuve de surf des JO de Paris 2024, s’est montrée sur son plus beau jour ce samedi 17 août, alors que la moitié de la Polynésie était en vigilance jaune pour forte houle. 

Les Trials, pré-compétition avant la Tahiti Pro Teahupo’o, devaient débuter ce samedi. Cette pré-compétition permet de sélectionner deux surfeurs qui pourront concourir avec les grands noms de la discipline lors de la Tahit Pro Teahupo’o, étape du circuit mondial qui se joue chaque année à Tahiti. Et si un bon alignement des conditions météo est toujours nécessaire pour ce sport proche de la nature, ces mêmes conditions peuvent aussi forcer à marquer un temps de pause.

C’est ce qui s’est passé hier à Teahupo’o. En vigilance jaune, comme la moitié de la Polynésie, en raison d’une forte houle du sud, les organisateurs des Trials ont décidé de suspendre la compétition pour un jour, remettant leur ouverture à ce dimanche 8h (heure locale). Au compteur, des « bombes » de 7 mètres se sont abattues sur le récif de Hava’e. En raison de sa configuration en fer à cheval, les vagues arrivent trop grosses, trop épaisses, se laissant difficilement chevaucher à la force des bras. Une force de toute façon insuffisante face à ces monstres venus des confins de l’Antarctique.

« De plus, il n’y avait pas beaucoup d’eau, à marée basse. Il y avait la possibilité de prendre des vagues intermédiaires certes, mais le problème c’est que derrière, il y a les fameuses bombes qui montent à 7 mètres » a expliqué Lionel Teihotu, président de la Fédération tahitienne de Surf. « Avec cette taille, arriver directement sur le récif où ça monte d’un coup, il faut vraiment être un super nageur pour pouvoir prendre la vague ». Résultat : les surfeurs, ceux des Trials comme ceux déjà en lice pour la Tahiti Pro Teahupo’o, s’en sont donné à cœur joie lors d’une session « tow in » (tractée) improvisée. Mais prudence était toutefois de mise car il ne s’agissait pas de se blesser gravement avant le début des Trials et de la Tahiti Pro Teahupo’o, prévue le 26 août.



Voir cette publication sur Instagram

Les conditions pour les #TrialsTahitiPro sont 😱😱😱 ! Ici @veteadavid sur une BOMBE 💣 #teahupoo #tahiti

Une publication partagée par Polynésie La 1ère (@polynesiela1ere) le

Raimana Van Bastolaer, Tikanui Smith, Ariihoe Tefaafana, Teaotua Dubois, Kévin Bourez, Vetea David, Mihimana Braye, … Les Tahitiens ne se sont pas fait prier pour se mettre à l’eau, rejoints plus tard par les internationaux. Et jusqu’à la fin de la journée, Teahupo’o a assuré le spectacle, faisant honneur à son titre de deuxième vague la plus impressionnante au monde après Peahi à Hawaii (Jaws). Et alors que le Comité organisateur des JO de Paris 2024 doit étudier les candidatures pour l’organisation des épreuves de surf, celle de Tahiti peut compter sur la journée de samedi pour appuyer son dossier.