Santé en Outre-mer : Combattre le VIH à Mayotte grâce à l’association Nariké M’Sada

Santé en Outre-mer : Combattre le VIH à Mayotte grâce à l’association Nariké M’Sada

Rédigé le 28/09/2019
Eline Ulysse

Dans le cadre du colloque « vaincre le VIH et les hépatites d’ici 2025 : les Outre-mer en pointe », organisé le 1 er octobre par le laboratoire Gilead Sciences, l’association IAPAC et la Délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale, Outremers 360 vous propose de découvrir chaque jour, une association ou une étude participant à la lutte contre le VIH et les hépatites. Nous terminons cette série avec l’engagement de l’association Nariké M’Sada présidé par Moncef Mouhoudhoire sur sa lutte contre le VIH à Mayotte.
Fondée en juillet 2003, l’association Nariké M’sada est née de la détermination de personnes soucieuses de promouvoir une meilleure santé sexuelle de la population à Mayotte. Nariké M’sada est une association de lutte contre le VIH et les hépatites et de soutien aux personnes vivant avec le VIH. Née de l’auto-support, c’est une association de santé communautaire dans sa composition et sa structuration, et culturellement dans l’élaboration et la méthodologie de ses actions.
L’association développe et diversifie les actions initiées depuis sa création. Elle souhaite s’élargir à deux dispositifs majeurs :
– La prise en charge sociale et psychologique nous paraît devoir relever des priorités urgentes des autorités publiques en ce qu’elle influe beaucoup sur l’efficacité de la prise en charge hospitalière proposé aux PVVIH. Au vu du contexte de précarité sociale avéré à Mayotte, il nous semble important de tenir compte des conditions socio-économiques des PVVIH afin que toute prise en charge médicale soit couplée, à chaque fois que cela est nécessaire, d’un accompagnement social personnalisé.
– Le développement de la pratique du TROD, (Test Rapide Orientation Diagnostic) au plus près de la population en faisant l’acquisition d’un véhicule aménagé et dédié, afin de dynamiser l’offre de dépistage. Actuellement, ce dispositif est confiné dans le local de l’association ou des permanences sont tenues.