Tourisme en Polynésie : Le gouvernement local présente ses mesures d’allègement fiscal pour l’hôtellerie

Tourisme en Polynésie : Le gouvernement local présente ses mesures d’allègement fiscal pour l’hôtellerie

Rédigé le 03/12/2019
J.-T

Une pension de famille en Polynésie ©Tahiti-Tourisme

Le gouvernement de la Polynésie française a présenté à la presse locale, ce lundi, les mesures visant à alléger la fiscalité dans le domaine du tourisme, afin de « stimuler l’activité touristique dans les îles autres que Tahiti, Moorea et Bora Bora » en favorisant la « diversification de l’offre d’hébergement ». 

Ainsi, « le taux de défiscalisation est désormais porté à 60 % pour les projets de construction d’hôtels » en dehors des principales îles visitées, à savoir, Tahiti, Moorea et Bora Bora, dont le taux de défiscalisation reste à 40%.

En outre, « les seuils d’accessibilité à la défiscalisation dans le secteur de l’hébergement touristique ont également été diminués afin que tous les projets, même ceux de plus petite envergure, puissent être soutenus par le Pays. Notamment, le seuil d’accessibilité (pour l’agrandissement et la rénovation, ndlr) pour les pensions de famille a été réduit à 50 millions XPF (contre 100 millions auparavant, ndlr) », détaille le dossier de presse de l’exécutif polynésien. Sur la seule île de Tahiti, ce seuil passe de 200 à 100 millions.

Autre seuil d’accessibilité abaissé, « pour la construction, les seuils passent de 500 à 250 millions Cfp sur Tahiti et de 250 à 100 millions dans les autres îles », précise Radio 1 Tahiti. « Le gouvernement Fritch a également souhaité accompagner les sociétés qui remplacent leurs navires de transport interinsulaires par des neufs. Il est donc instauré un abattement d’impôt sur la vente de l’ancien navire, sous condition que le produit de la vente soit réinvesti dans un navire neuf », ajoute encore le gouvernement polynésien. Plus précisément, « la réduction d’impôt, proportionnelle au montant réinvesti après la vente d’un bateau usagé, pourra atteindre 50% maximum ».

Ces mesures ont été présentées par le Vice-président du gouvernement de Polynésie, Teva Rohfritsch, également en charge de l'Économie et des Finances, et la ministre du Tourisme et du Travail, Nicole Bouteau ©Présidence de la Polynésie

Ces mesures ont été présentées par le Vice-président du gouvernement de Polynésie, Teva Rohfritsch, également en charge de l’Économie et des Finances, et la ministre du Tourisme et du Travail, Nicole Bouteau ©Présidence de la Polynésie

« Aujourd’hui, le profil de nos voyageurs a évolué. Nous avons plus de familles qui viennent en Polynésie, nous avons aussi une clientèle qui a rajeunit, qui fait un mix d’hébergement », a expliqué la ministre du Tourisme Nicole Bouteau, également en charge du Travail, soulignant « une demande de diversification de notre offre d’hébergement touristique » et une nouvelle fiscalité « plus incitative ».

Soutien aux entreprises et retraites

Les nouvelles mesures fiscales concernent également « le soutien aux entreprises en difficulté ». « L’Assemblée (territoriale, ndlr) a validé une mesure permettant au Pays d’accorder, dès les premiers signes de difficulté, des remises de dettes aux entreprises, afin que leur activité et leurs emplois puissent être préservés », explique-t-on.

Ajouter à cela, « un nouveau dispositif permettant de mettre en place un conventionnement entre le Pays et les établissements sportifs, en premier lieu les salles de sport, a également été validé. En contrepartie d’une réduction du taux de TVA, les établissements sportifs devront s’engager à diminuer leurs tarifs et à proposer certains abonnements à des tarifs préférentiels qui faciliteront l’accès de tous les polynésiens à ces lieux ». « Enfin, l’Assemblée de la Polynésie a validé la proposition du gouvernement de réduire le poids de la fiscalité sur les primes et indemnités de départ à la retraite, afin d’éviter que ces sommes soient soumises à des niveaux de taxation trop élevés ».