Plan Logement Outre-mer 2019-2022 : 600 millions d’euros pour « un nouvel élan à la politique du logement dans les Outre-mer »

Plan Logement Outre-mer 2019-2022 : 600 millions d’euros pour « un nouvel élan à la politique du logement dans les Outre-mer »

Rédigé le 03/12/2019
J.-T

©Outremers360

Les ministres des Outre-mer et du Logement, Annick Girardin et Julien Denormandie, ont signé, ce lundi à Paris, le nouveau plan Logement Outre-mer 2019-2022, qui concerne spécifiquement des Départements et Régions. Il prévoit notamment 200 millions d’euros par an jusqu’en 2022, soit 600 millions d’euros mobilisés au total. 

« C’est une politique ambitieuse qui est mis en place pour nos territoires d’Outre-mer (…) au regard des acteurs et des moyens qui sont dédiés », s’est félicité Julien Denormandie. Le Plan logement outre-mer 2019-2022 regroupe 77 mesures autour de 4 axes : mieux connaître et mieux planifier pour mieux construire ; adapter l’offre aux besoins des territoires ; maîtriser les coûts de construction et de réhabilitation et accompagner les collectivités territoriales en matière de foncier et d’aménagement. La signature qui a eu lieu ce lundi au ministère des Outre-mer fait suite au Livre bleu des assises des outre-mer et à la conférence logement outre-mer qui en a découlé, qui s’est tenue de janvier à juillet 2019.

« Ce plan est un travail collectif. (…) Nous devons répondre aux besoins et faire que ces logements soient plus accessibles et moins chers (…) et aussi maintenir une offre importante de réalisation dans le BTP », a expliqué de son côté la ministre Annick Girardin. Contrairement au précédent plan lancé sous le quinquennat Hollande en 2015, ce nouveau plan ne prévoit pas d’objectifs chiffrés en termes de construction de logements. En effet, l’objectif de 10 000 logements entre 2015 et 2019 n’avait pas été atteint. « Tout le monde ne s’était pas suffisamment approprié l’outil », a admis Annick Girardin, qui évoque un manque d’organisation et de « mobilisation des opérateurs ».

Cette fois-ci, les ministres mettent en avant « la diversité des besoins en logements des ménages ultramarins », selon chaque territoire. « Nous sommes partis de l’identification des enjeux et des freins pour proposer des réponses opérationnelles et adaptées, issues de la concertation avec les acteurs et les territoires. Ce plan propose des outils concrets et ambitieux pour faciliter la construction, améliorer la réhabilitation et lutter contre l’habitat indigne, et ce tant dans le parc privé que social », a expliqué Julien Denormandie. Concrètement, chaque préfet devra établir ses objectifs en matière de construction dans son plan logement avant la fin de l’année.

Autres mesures de ce plan : l’introduction d’une aide à l’achat d’un logement spécifique à l’Outre-mer, la rénovation et la réhabilitation du parc existant pour lutter contre l’habitat insalubre ou encore, l’engagement dans la construction d’habitats écologiques. En parallèle de cette signature, les deux ministres ont également signé, avec Action Logement, le Plan d’investissement volontaire consacré aux territoires ultra-marins. « En plus des dispositifs du PIV national qui s’appliquent outre-mer, il prévoit 1,5 milliard d’euros pour améliorer le parc privé, poursuivre la production et la réhabilitation du parc social et développer le logement intermédiaire dans les territoires d’Outre-mer », précise-t-on.