BTP à La Réunion : Les organisations syndicales tirent la sonnette d’alarme

BTP à La Réunion : Les organisations syndicales tirent la sonnette d’alarme

Rédigé le 14/02/2020
J.-T

©Facebook

Alors que l’année 2019 n’a pas été vécue positivement par le secteur du BTP, les organisations syndicales ont tiré la sonnette d’alarme et interpellent les candidats aux municipales. Une liste de 14 propositions leur sera remise indiquent nos confrères d’RTL Réunion. 

« Les travaux publics semblent avoir pas mal de dossiers en cour de lancement, donc on pense que ça va se maintenir comme sur l’année 2019 », redoute Anthony Lebon, président de la Fédération réunionnaise du BTP (FRBTP). Selon lui, les « TP aura une part relative du chiffre global ». « Concernant le bâtiment, et notamment la partie logements et logements sociaux, on est plutôt inquiets dans la mesure où le Plan logement Outre-mer n’est pas encore décliné ».

Le président de la FRBTP souligne les 230 entreprises « liquidées l’année dernière », les 30% de redressements ou liquidations judiciaires en plus par rapport à 2018, « et on est sur le même niveau de perte d’emplois ». L’organisation syndicale compte 18 000 salariés dans le BTP, dont ceux travaillant sur la Nouvelle Route du Littoral (NRL), « la tendance va être encore à la baisse » prévient Anthony Lebon.

Pénurie de « ressources » 

De son côté, l’Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de Construction (UNICEM) souligne une pénurie de matériaux, « notamment dans la microrégion Ouest ». « Fin 2021, nous n’aurons plus de ressources », estime Pascal Léandry, président de l’UNICEM. « On alerte les pouvoirs publics, les maires, pour que soient figés et sanctuarisés, dans les documents de l’urbanisme, les espaces carrières dont nous avons besoin pour fournir toute la filière du BTP », en particulier le chantier de la NRL.

Les adhérents du syndicat devraient déposer des dossiers de carrières et son président espère une instruction rapide et « le moins d’opposition possible à ces ouvertures ». « On ne peut pas à la fois vouloir des logements dans les communes et ne pas avoir les matériaux pour les construire », déclare encore Pascal Léandry.

Reconnaissant un « antagonisme général contre les carrières et les nuisances que ça peut provoquer », Pascal Léandry souligne néanmoins que le métier du BTP « est une profession très réglementée, encadrée par le code de l’environnement, instruite sous de nombreux aspects par la DEAL. Il est important que nous puissions ouvrir ces carrières », conclut-il. L’UNICEM et la FRBTP ont réalisé une liste de 14 propositions qu’ils remettront aux candidats pour les municipales, a ajouté RTL Réunion.