Logement social en Outre-mer : Action Logement engage 300 millions d’euros en Martinique

Logement social en Outre-mer : Action Logement engage 300 millions d’euros en Martinique

Rédigé le 11/02/2020
Eline Ulysse

Dans le cadre du déploiement de son Plan d’investissement volontaire Outre-mer, une délégation du Groupe Action Logement menée par le président Bruno Arcadipane est actuellement en Martinique. Une enveloppe de 300 millions d’euros sera consacrée à la revitalisation des centre-bourgs et des centre-ville et à faciliter l’accès au parc locatifs pour les jeunes sur le territoire.

Deux mois après la signature de ce plan d’investissement volontaire d’Action Logement au Ministère des Outre-mer, l’organisme collecteur Action Logement a entrepris une visite du terrain concernant le logement social en Martinique.

A travers de ce plan d’investissement doté d’1,5 milliard d’euros pour l’Outre-mer, le montant de 300 millions sera dévolu à la Martinique à travers l’application de deux priorités. Il s’agit de la revitalisation des centres-villes et des centres-bourgs sur tout le territoire, avec un investissement conséquent pour lutter contre le dépeuplement de ces centres. « En Martinique, il y a une problématique qui est très spécifique qui est toutes « ces dents creuses », ces bâtiments qui devront pour certains être déconstruits pour y apporter des logements plus adaptés, plus petits. Il faut réhabiliter ce qui existe déjà pour reconstruire des produits plus adaptés, plus isolés, en redonnant même du pouvoir d’achat à nos concitoyens » a déclaré Bruno Arcadipane au journal de Martinique la 1ere. Cette orientation sera complétée par des mesures permettant de mieux répondre aux besoins des jeunes, à travers une diversité de leviers (développement de structures collectives, mise en place d’un dispositif de financement de la réhabilitation de logements en contrepartie de droits de réservation pour les jeunes).. La construction de résidences de jeunes travailleurs sur tout le territoire permettrait dans les faits un rééquilibrage entre le nord, le sud et le centre. Elle faciliterait également l’accès à l’emploi pour cette population fortement touchée par le chômage (environ 40 %).

La mise en oeuvre de ce plan d’action repose sur un appel à projets dont la clôture s’effectuera au cours du mois de mars prochain. « Cette enveloppe sera travaillée en mode projet. Nous avons lancé des appels à manifestations d’intérêts en octobre et seront clos en mars. Les comités territoriaux d’Action Logement, choisiront les projets les plus adaptés et les plus aboutis. Il est important que ce soit les territoires qui choisissent leur logement de demain et la qualité de ce dernier » a-t-il conclu.