Cuba, 60 ans au chevet des crises sanitaires mondiales

Cuba, 60 ans au chevet des crises sanitaires mondiales

Rédigé le 24/03/2020
Eline Ulysse

Une brigade de 52 médecins cubains a été envoyé en Lombardie, Italie © DR

Envoi de médecins cubains dans plusieurs pays européens et caribéens, un antipaludique cubain dans le traitement médical, accueil d’une navire britannique avec plusieurs cas de coronavirus…Durant cette crise sanitaire du Covid-19, Cuba fait une nouvelle fois la démonstration de son savoir-faire médical. Une expertise acquise durant 6 décennies malgré le blocus américain.

Depuis cinq jours, le hashtag #CubaSalva ( Cuba sauve en français) fleurit sur les réseaux sociaux. Cubains, ou même étrangers rendent hommage à l’humanisme de cette île de la Caraïbe, classée 66ème au rang des puissances mondiales. « Ce n’est pas le fruit du hasard, mais de la plus palpable des vérités, puisque plus de 400 000 enfants de cette terre ont apporté un message d’espoir au monde, à travers la noble tâche de sauver des vies. Depuis 56 ans, 164 nations peuvent témoigner de ce qui a été un exploit de solidarité, considérant que c’est une île qui lutte constamment contre la suffocation économique d’un blocus arbitraire et génocidaire», indique un article intitulée #CubaSalva: Pratica humanista de la Revolucion publiée sur Granma, le site du Parti national cubain et retweeté par Miguel Diaz-Canel.

Une logique humanitaire avant tout

Un internationalisme médical cubain qui ne date pas d’hier. Dès le début des années 60, l’île socialiste dirigée par Fidel Castro, envoie une première délégation médicale au Chili après un séisme majeur. Trois ans plus tard, des médecins cubains sont envoyés en Algérie pour aider à la mise en place du système de santé publique algérien après l’indépendance. Lors de la catastrophe de Tchernobyl dans la fin des années 80, Cuba a pris en charge gratuitement 26 000 personnes, majoritairement des enfants, dans le traitement de maladies liés à l’accident nucléaire comme le vitiligo, le cancer ou encore des malformations.

Parallèlement au secours qu’elle apporte en cas de catastrophe majeur, Cuba développe aussi des programmes de coopération médicale, participe à la création des écoles de médecins dans plusieurs pays dont le Yémen (1976), en Ethiopie (1984), en Ouganda(1986) ou encore au Timor Oriental (2005). En 2004, le pays lance l’opération Milagro (Miracle), un programme ophtalmologique visant à traiter des déficiences visuelles comme la cataracte ou le glaucome. Au total ce sont 2 millions de personnes dans 34 pays d’Amérique latine, de la Caraïbe et d’Afrique qui profiteront d’opérations chirurgicales menées par Cuba. Plus récemment en 2014, Cuba a envoyé 165 médecins et infirmières en Afrique de l’Ouest lors de propagation de l’épidémie d’Ebola.

Si Cuba offre son savoir-faire médical à des pays souvent sous-développés, elle n’hésite pas à partager son expertise avec des pays bien dotés médicalement ou encore hostile à sa politique. Lors du passage de l’Ouragan Katrina en 2005 à la Nouvelle-Orléans, Cuba avait offert une aide de 36 tonnes de matériel médical et l’envoi de plus de 1500 professionnels de santé, un geste humanitaire refusé par Georges W. Bush.

medecins-cubains-monde_1_729_491

La recherche biotechnologique, atout majeur de Cuba

Le succès médical de cette île de la Caraïbe repose surtout sur la volonté de Fidel Castro d’ériger la santé comme une des priorités de son régime. La gratuité des soins est d’ailleurs consacrée dans la Constitution cubaine.

Le pays a fortement investi dans la recherche-développement, et plus particulièrement la biotechnologie. Ce secteur est d’ailleurs le deuxième secteur de devises après le tourisme (6,3 milliards de dollars en 2018). « Cuba à la pointe dans un domaine comme les biotechnologies et à la production de médicaments pour les pathologies lourdes: c’est cela le potentiel et l’atout majeur dans cette île des Caraïbes » écrit le journaliste Jean-Jacques Seymour dans son livre Cuba, l’Odyssée médicale.

Un investissement dans la recherche qui a permis d’appuyer la réputation du pays ayant le meilleur système de santé au monde. Cuba est d’ailleurs le premier pays à avoir éliminé la transmission du VIH de la mère à l’enfant en 2013, pionnière dans l’élaboration d’un vaccin contre le cancer du poumon- le Cimavax– ou dans le traitement contre l’amputation des diabétiques ou  le vitiligo.

22 produits cubains dans le traitement du Covid-19

Et dans ce contexte de lutte contre la propagation du coronavirus, l’expertise médicale  de l’île socialiste ne se dément pas. L’interferon Alfa 2b, efficace dans les thérapies contre différents types de cancer ou d’hépatites, fait partie de la trentaine de produits sélectionnés par la Commission nationale chinoise de la santé pour soigner le coronavirus. Créé à Cuba, son utilisation participe à renforcer le système immunitaire des patients contaminés.

interferon

Mais l’Interferon n’est pas le seul antiviral que Cuba expérimente pour lutter contre le coronavirus. « Il y a 21 autres produits qui font partie du protocole sanitaire à Cuba, parmi lesquels des antiviraux, des antirythmiques et des antibiotiques, pour le traitement des complications des patients qui sont infectés par le Covid-19, et notre industrie en assure la production», a souligné le Dr Eduardo Martinez Diaz, le directeur de BioCubaFarma, un groupe pharmaceutique cubain qui regroupe 32 instituts et centres de recherches biotechnologiques.

Dans ce contexte de pandémie mondiale, plusieurs centaines de professionnels de santé cubains ont été envoyés dans 37 pays parmi lesquels l’Italie, le Royaume-Uni, la Chine, le Nicaragua, la Jamaïque. « Nous vivons des temps de solidarité, de compréhension de la santé en tant un droit humain, de renforcement de la coopération internationale pour affronter nos défis communs, soit des valeurs qui sont la clé des pratiques humanistes de la Révolution et de notre peuple », a justifié le Ministre cubain des affaires étrangères.

Quid de la venue des médecins cubains aux Antilles ?

En France, c’est le sénateur de la Guadeloupe Dominique Théophile qui souhaite l’envoi de médecins cubains aux Antilles.Lors de l’examen de la loi sur l’organisation du système de santé en juin 2019, le sénateur avait fait adopté au Sénat un amendement pour autoriser la venue aux Antilles de médecins cubains, afin de lutter contre la pénurie de professionnels de santé dans ces territoires. Mais le décret d’application de cet amendement tarde à entrer en vigueur.

Le Sénateur guadeloupéen a de nouveau interpellé le Président de la République Emmanuel Macron dans un courrier «sur la nécessité de publier dans les meilleurs délais le décret en Conseil d’État nécessaire à l’application dudit article».«L’épidémie de Covid-19, qui met notre système de santé sous tension, rend leur présence plus que jamais essentielle. En cette période difficile, nous devons apporter un appui au personnel soignant et trouver des solutions adaptées.» a souligné le sénateur Dominique Théophile.

WhatsApp Image 2020-03-23 at 10.52.10